Information
Éditeur Les Siestes Électroniques
ISSN 2261-3595
Langue Français
Sous la direction de Samuel Aubert

Écrire un avis

Note : Le HTML n’est pas pris en charge !
    Mauvais           Bon

Audimat #4

Samuel Aubert

Non disponible
  • 15,00 $

Ajout au panier

Drew Daniel - Contre la quantification du beau : Treize raisons pour ne pas choisir mes treize disques préférés Pratique embarrassante du journalisme en ligne, contestable dans la forme comme dans le fond, les listicles (néologisme obtenu par la contraction des mots liste et article) sont le douloureux quotidien de l’amateur de musique du troisième millénaire. Attrape-clics, auto-promo, raccourcis problématiques... Ils condensent à eux-seuls à peu près toutes les tares de la presse en ligne dédiée à la musique. En septembre 2014, dans les pages de The Quietus, Drew Daniel, moitié du duo électronique Matmos, professeur de lettres et music lover insatiable, retournait l’exercice, l’éventrait et en extirpait toutes les humeurs, pour mieux en exposer la profonde perversion.

Agnès Gayraud - Français, deuxième langue Chanter de la pop (au sens large, du folk ou du rock) en français, a quelque chose de difficile. Le français a beau être notre première langue ici, celle que l’on maîtrise le mieux, dès lors qu’on la rapporte à des sons, des inflexions anglo-américaines, on a l’impression qu’elle pèse deux fois trop lourd. On peut être fier de l’emprunter, mais la voie est risquée, peuplée de modèles devenus trop envahissants et de contre-modèles auxquels on ne veut surtout pas ressembler. Agnès Gayraud écrit en français, de la théorie, de la critique, mais aussi des chansons, et ce qui l’a bercée, à la fin des années 80, au début des années 90, c’est une pop anglo-saxonne. Dans ce texte qui sonne comme un manifeste subjectif – où une génération d’auteurs pourra aussi bien se reconnaître –, elle dresse une brève physionomie, à la fois critique et impliquée, de la pop en langue d’ici. Sans prétendre à l’exhaustivité, sans chercher à faire état de toute la pop en français, ancienne ou récente, ni surtout à distribuer des bons et des mauvais points, elle pose plutôt les bases d’une archéologie des « problèmes » et des solutions, à la fois canoniques et situés dans l’histoire, auxquels se confronte le compositeur pop dès lors qu’il écrit en français.

David Thomas - Ghoulardi ou l’école du chaos Au début des années 1970, l’axe Cleveland-Akron, au nord de l’Ohio, est inexplicablement agité par de puissantes secousses protopunk et avant-gardistes. Des groupes comme Rocket From The Tombs, electric eels, Devo, Mirrors,The Cramps, Tin Huey, The Bizarros ou Pere Ubu semblent former une génération spontanée, bien décidée à en découvre avec le conformisme ambiant. Pour David Thomas, leader de Pere Ubu et figure majeure de la scène de Cleveland, cette fièvre arty et provocatrice aurait été inoculée dès le plus jeune âge à une génération d’innocents bambins rivés à leur poste de télévision, par un personnage méconnu et singulier, peu porté sur la bienséance. C’est la théorie qu’il exposait en 2007 dans Listen Again : A Momentary History of Pop Music, ouvrage collectif publié sous la direction d’Eric Weisbard, regroupant des textes issus de différentes présentations données lors de l’Experience Music Project Pop Conference de Seattle depuis sa création en 2002, qui tentait de mettre à jour ces moments volatiles et aléatoires, difficilement discernables, qui jalonnent l’histoire de la pop et contiennent en germe ses scènes et créations les plus marquantes.

Étienne Menu - Ethnofiction ou audiovérité : une histoire partiale d’Ocora Entreprise politique autant que culturelle, puisque née dans le contexte troublé de la décolonisation, la collection Ocora édite depuis les années 1960 des musiques dites « traditionnelles », enregistrées d’abord en Afrique puis partout dans le monde. Conçue dans le giron des institutions françaises, elle s’est pourtant développée comme une entité indépendante, guidée par les parti-pris de ses directeurs artistiques successifs. Étienne Menu, notre rédacteur en chef, retrace ici leur parcours, en enchâssant à son récit l’histoire, plus personnelle, de sa propre rencontre avec les disques Ocora. D’abord désemparé face à des enregistrements parfois opaques, il va devoir désapprendre ses réflexes d’écoute pour se frayer un chemin dans cette singulière proposition musicale. Une histoire duale, donc, qui interroge notre rapport même à la musique et à son environnement.

Olivier Lamm - Digitalove : le techno kayō ou la pop japonaise à son pinacle Rédacteur en chef de The Drone, collaborateur de Libération, chroniqueur de l’émission La Dispute sur France Culture et plume régulière d’Audimat, Olivier Lamm a choisi dans cet article de mettre en lumière un pan au mieux ignoré de la culture pop japonaise. Au cours de la décennie 1975-1985, alors que le Japon se réinvente en parangon technologique et futuriste, une poignée de musiciens érudits firent des charts de l’Archipel un terrain de jeu conceptuel, laissant libre cours à leurs folles expérimentations formelles et inventant au passage une esthétique pop tendre et un brin perverse, déjà nostalgique d’un futur pourtant encore inaccompli : le techno kayō. Vu de loin, une simple curiosité, une de ces anomalies dont seul le Japon semble, ou semblait, capable. Scruté à la loupe d’une grille de lecture passionnée et rigoureuse, le techno kayō a pourtant tout d’un horizon indépassable, d’un point d’incandescence, d’un idéal pop.

W. David Marx - The Plastics et l’angoisse de la copie En post-scriptum de luxe à la coupe transversale d’un temps de l’histoire de la pop japonaise, W. David Marx, rédacteur en chef du site de référence Neojaponisme et auteur d’Ametora : How Japan Saved American Style (Basic Books), nous narre les tribulations, à la même époque, des Plastics, une bande de jeunes punks tokyoïtes qui ont su, avec une dérision teintée d’anxiété, tendre un implacable miroir déformant au Japon, au moment où celui-ci en avait le plus besoin. Avant, inexorablement, d’être avalés puis recrachés par l’histoire.

Olivier Quintyn - L’ère du glitch : utopie et réification. Pour une théorie critique rétrospective Olivier Quintyn est professeur de lettres, chercheur en théorie de l’art, éditeur et auteur du livre Dispositifs/Dislocations paru aux éditions Al Dante/Questions Théoriques en 2007. Âgé de 37 ans, il s’est fait connaître à la fin des années 1990 dans ce que l’on appelait déjà plus « les milieux d’avant-garde » pour des pièces de poésie digitale et sonore, entre autres animées par le principe du « sampling virus » défini par le musicien bruitiste Otomo Yoshihide. Confondant volontairement théorie et pratique littéraire, il a continué de s’intéresser aux phénomènes de perturbation et de mises en crise des phénomènes technologiques à travers l’information et à l’usage de ces derniers dans les arts plastiques et la musique. Il revient ici sur le destin du glitch dans la musique électronique depuis son apparition il y a une vingtaine d’années, tant du côté le plus expérimental et conceptuel que sur son versant plus pop, notamment occupé par le courant dit « micro-house » et par les anthologies Clicks & Cuts du label Mille Plateaux. Si son approche épistémologique et dialectique peut sembler aride, elle invite néanmoins à une sorte de décollage intellectuel. Une prise d’altitude qui, plutôt que de prendre les choses « de haut », convoque le pragmatisme américain ou la critique marxiste du post-modernisme pour mieux appréhender ces parasites sonores au rôle aussi politique qu’esthétique.

Francis Marmande - Love Cry, « le » free jazz n’existe pas Francis Marmande a 70 ans, il écrit sur le jazz dans Le Monde depuis une quarantaine d’années. Il a également signé une vingtaine de livres, enseigne la philosophie à l’université et joue du jazz, notamment avec Jac Berrocal. Nous l’avons contacté car nous cherchions à publier quelque chose autour du free jazz. Plus précisément, autour de ce que ses auditeurs trouvent dans le free jazz, de la situation de cette musique dans le monde de l’écoute, et aussi des espèces de mystères que nous avions le sentiment que ses chantres – dont Marmande fait partie, qu’il le veuille ou non – semblent aimer entretenir.

2015, 219 pages

Éditeur

Les Siestes Électroniques

ISSN

2261-3595

Langue

Français

Sous la direction de

Samuel Aubert

Code produit

[107770]

Etiquettes : audimat, musique, art, sonore